Ecologie intégrale, une espérance ou une utopie ?

Permettez-moi de vous livrer mon impression lorsque je pense aux efforts déployés pour essayer de vivre ou de contribuer à un travail qui se fait de nos jours pour la promotion de la biodiversité et de l’écologie intégrale.

Une goutte dans l’océan par ci par là ? Un petit caillou au fond de l’abîme pour permettre à celui qui y est tombé de remonter à la surface de la terre ? Tellement qu’une course vers la croissance économique de certains pays riches semble ralentir l’élan des gens épris d’écologie car cette course ne tient pas compte des pauvres qui subissent les conséquences de cette croissance et du changement climatique que cela entraîne !

Pourtant je crois nécessaire de participer à de petites actions pour promouvoir une écologie intégrale. Mais comment y participer ? »Ecouter la voix de l’Esprit qui nous aide à aller de l’avant ici et maintenant en nous demandant : Qu’est-ce qui est bon pour moi, qu’est-ce qui est bon pour nous ? » (Pape François, Un temps pour changer, pg 95). Car cette voix nous suggère ce qui est bon et durable pour tous et elle nous libère de nos peurs face à l’avenir.

  • Là où chacun vit, il peut apporter sa petite contribution et vivre en bonne relation avec le Créateur et avec toutes les Créatures. J’ai appris à apprécier la présence des vers de terre ainsi que d’autres insectes dans le champ, à comprendre la valeur d’une mouche que je détestais avant, et le rôle irremplaçable des abeilles !

Pour ma part, entretenir le jardin scolaire avec mes sœurs en faisant participer les enfants, en leur rappelant sans cesse l’importance de prendre soin des plantes, des fleurs, de l’eau à ne pas gaspiller, de l’électricité à économiser fait partie de nos soucis au quotidien et du projet éducatif.  Les oiseaux de diverses variétés qui vivent librement dans le parc scolaire font aussi objet de notre attention : ils apprécient les morceaux de pain qui étaient condamnés à être jetés à la poubelle ! Quelques enfants sont contents de venir avec moi et découper en petits morceaux ces bouts de pain et de gâteau pour les oiseaux !

  • Après la longue crise de la Covid-19, le Pape François nous invite à voir combien « nous avons négligé, maltraité nos relations avec notre Créateur, avec la Création, avec nos semblables, avec d’autres créatures. Et il poursuit sur un ton d’espérance : Mais la bonne nouvelle est qu’une Arche nous attend pour nous conduire vers un nouvel avenir. La Covid-19 est notre « moment de Noé », à condition que nous puissions trouver notre chemin vers l’Arche des liens qui nous unissent : l’arche de l’amour et d’une appartenance commune. » (Un temps pour changer pg 28-29)

Avons-nous pris plus conscience que nous sommes tous frères vivant dans la « Maison commune » pour chercher une nouvelle façon de vivre après Covid-19 pour penser comment vivre en harmonie avec les créatures humaines et d’autres créatures ? A chacun de répondre

  • Faire mien le cri du cultivateur qui espère une récolte abondante mais qui voit des cultures en train de sécher faute de pluie et redoute déjà une mauvaise récolte qui entraîne aussi le manque de nourriture pour les humains et pour les troupeaux dont il s’occupe. Entendons-nous le cri des ouvriers qui travaillent dans les champs et assistent, impuissants, au phénomène de sécheresse qui risque de compromettre aussi leur salaire qui est leur seul moyen de subsistance. Que vienne une pluie généreuse qui féconde la terre, soupirons-nous en guettant chaque nuage !
  • N’est-ce pas aussi le même cœur qui bat en moi et s’indigne devant le gaspillage des aliments jetés à la poubelle dans nos cantines même si on essaie de faire le tri des déchets ?

Mais avec tout ce vécu, je me dis en moi-même, Allons de l’avant, ne baissons pas les bras, une vie plus saine naîtra de ces mains et de ces têtes agrippées à promouvoir la vie de chaque espèce. Dans la Famille de l’Assomption, le SIJPIC et nos communautés y sont attentifs. Et si nous parlions aussi d’une écologie du cœur où doivent être cultivés la bonté, la fraternité, le pardon et non y entasser toute sorte de déchet, alors le reste irait plus facilement !

Une semaine Laudato Si du 22-29 mai 2022 a été vécue de loin ou de près par certains. Saurons-nous écouter la clameur de la terre et la clameur des pauvres et chercher ensemble comment adopter un mode de vie durable pour rejoindre les objectifs de la Plateforme Laudato Si ?

« Espère le Seigneur, sois fort et prends courage ; espère le Seigneur. » Psaume 26, 14

Mathilde Mbakaniaki, oa

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print

Editorial

Bonn 2022

La Conferencia sobre el Cambio Climático se celebra en estos días (6 al 16 de junio) Sin mucho eco mediático. Prepara la COP 27 (¿otra

Plus d'articles :

Eco-spirituality LS

Plant a contemplation gardenSpring is the perfect time to plant a garden to honor Mother Mary while caring for Mother Earth and promotingbiodiversity. Cultivating a

Vers JMMR 2022

Construire l’avenir avec les migrants et les réfugiés. « La ville que nous avons ici-bas n’est pas définitive : nous recherchons la ville qui doit

Envoyez-nous un message