Passage du Cyclone Batsirai à Madagascar

En général, la  saison cyclonique à Madagascar est de la mi-décembre à la mi-avril, mais essentiellement de janvier à mars.

A la fin de ce mois de janvier 2022, le cyclone tropical Batsirai est entré dans la grande île. Batsirai a commencé début février, c’est-à-dire du 5 au 6. Madagascar a subi de grands dommages causés par ce  cyclone considéré comme le plus puissant jamais connu par le pays. Cyclone tropical très intense, débutant par la ville de Mananjary dans le Sud–Est. Malgré tout, il a bien choisi son heure d’atterrissage car il est venu de nuit dans cette ville ayant une population de 300000 habitants, population livrée à des rafales et des vents à 150 km / h. Jamais vu dans le pays depuis une dizaine d’années. De cette nuit, les souvenirs de la population locale resteront  traumatisants pour des générations.

Le cyclone Batsirai a laissé de grands dégâts dans tout Madagascar mais surtout dans la ville de Mananjary. Des milliers de personnes ont perdu leurs cultures et leurs maisons. Des cases (petites maisons utilisant le tronc de l’arbre du voyageur pour la construction) se sont effondrées, des maisons ont été détruites, d’autres ont vu en quelques instants leur toiture s’envoler, la mer est montée jusqu’à leur maison. Les fortes pluies ont persisté des heures. La plupart des maisons en bois ont été endommagées  ou complètement détruites témoignent de nombreux habitants. Les toits des sites d’hébergement ont été emportés à la suite des vents violents donc les personnes déplacées dans ces sites ont été doublement sinistrées. Neuf sites principaux ont étés touchés par le cyclone. Par contre, plusieurs arbres et poteaux électriques se sont retrouvés à terre, les rizières et les champs  de culture ont été complètement inondés. Les premières évaluations qui ont été menées sont très alarmantes. On parle de neuf habitations sur dix qui auraient été impactées par le cyclone. Les établissements scolaires et les centres de santé sont encore aujourd’hui en partie sous les eaux. Cinq centres de santé de la zone sont totalement détruits et les toits de 35 autres structures de soins ont été soufflés.

Maison après le cyclone.
Selon le BNGRC (Bureau National de Gestion des Risques et des Catastrophes) le dernier bilan des sinistrés s’élève à 143.718 sinistrés et à 120 morts.

L’Etat et beaucoup d’autres associations sont venus en aide au peuple pour leur repas quotidiens et pour le mettre à l’abri. Mais ces premiers secours ne remplacent pas leur habitation et leurs cultures détruites, cela va durer pour reconstruire, pour cultiver à nouveau et se nourrir, donc ça reste difficile pour la vie humaine. En plus l’aide dure juste un moment.

 Le peuple malgache est très courageux car chaque famille, chaque village, reconstruit peu à peu ce qu’il a perdu et reprend sa vie quotidienne. Malgré les efforts de chacun, le coût de la vie est de plus en plus cher. Les conséquences de ces événements provoquent de nombreuses migrations internes et augmente l’insécurité des habitants.

Josiane Rasoanoro, petite soeur de l’Assomption

Maison avant le cyclone

Partage

Editorial

Migrantes. Ver para creer

La comprensión de la realidad es siempre, de principio, un ejercicio de piel; pasa por nuestra sensibilidad. Lo que vemos, lo que oímos, lo que

Plus d'articles :

Prière à partir d’un psaume

(Ps 145 (146), 6c.7, 8.9a, 9bc-10) Jésus, le Christ, lumière intérieure, ne laisse pas les ténèbres me parler… Donne-moi d’accueillir ton Amour ! Le Seigneur garde à jamais sa

Envoyez-nous un message