Sainte Marie Eugénie!

En faisant mémoire, ce 10 mars, de Marie Eugénie, de sa riche spiritualité et du projet éducatif qui sous-tend la mission de l’Assomption, nous célébrons dans l’action de grâce le don fait par Dieu à l’Eglise et au monde à travers elle.  

Le travail de préparation dans les Provinces et l’expérience de ces dix jours de partage et de réflexion ont permis un retour aux fondamentaux de cet héritage qui a façonné et fait vivre de multiples générations.

L’engagement de Marie Eugénie pour l’éducation, la formation et l’accompagnement des personnes, avait pour but, leur transformation, afin qu’elles aient un impact positif sur leur milieu. Elle-même s’est laissé travailler et transformer par les événements, les rencontres, la grâce de sa vie religieuse…

En la fête de sainte Marie Eugénie, nous célébrons cette éducation transformatrice dont nous sommes héritiers et héritières. A cette occasion, il semble approprié de rendre grâce à Dieu pour l’éducation reçue de nos familles, avec ses grâces, ses réussites, ses blessures et ses échecs. Tout cela enrichit, influence et complète notre manière d’être éducateurs, éducatrices.

Le cheminement de Marie Eugénie, peut être une invitation à nous demander comment nous nous laissons aussi toucher, transformer par notre mission d’éducation. Eduquer requiert vraiment que nous entrions dans un processus de conversion et de transformation personnelle. Car éduquer doit aussi nous éduquer, éduquer doit porter ses fruits en nous, pour nous et les autres.

Selon Marie Eugénie, la notion de transformation personnelle de l’éducateur devait être perceptible dans sa capacité de vivre en consonance avec les valeurs évangéliques et sa foi en une possible transformation des autres. C’est ce que rappelle le Texte de référence : « A l’Assomption, l’acte éducatif a sa source dans une attitude contemplative et dans une capacité de conversion et de transformation personnelles. »[1] Cela est une grâce, qui dit combien la mission ne nous appartient pas. Nous sommes envoyés. 

Par son charisme d’éducation, l’Assomption partage la mission de l’Eglise, qui elle-même participe de la mission de Dieu. Toute la bible peut se comprendre comme une merveilleuse histoire d’amour dont l’éducation est la clé. Car éduquer l’homme est la grande affaire de Dieu, le pédagogue par excellence. « En cela c’est bien le premier des éducateurs. C’est bien lui qui trace la route[2] (cf. Prov 1-9 ; Dt 8, 5-6)

Au long des siècles, Dieu a conduit le peuple qu’il s’est choisi ; Il continue aujourd’hui, par son Eglise, à éduquer l’humanité, pour la ramener à Lui, dans son intégralité. C’est ainsi que Marie Eugénie a compris elle aussi la mission confiée par l’Eglise à l’Assomption : faire connaître et aimer Jésus-Christ et travailler à tout récapituler en Lui par l’éducation[3].

Manille, le 9 mars 2018

Sr Martine TAPSOBA


[1] Texte de Référence, L’éducation à l’Assomption, Congrès de 1998, p 35.

[2] Eduquer, conduire au large, in les Cahiers Croire, numéro 283, sept-oct 2012, P 11 

[3] Règle de vie des Religieuses de l’Assomption, n°76

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print

Editorial

Mi ración de pan

Fue uno de los pocos Objetivos del Milenio (2000-2015) alcanzados: las personas  viviendo en pobreza extrema se redujeron en ese periodo en más de la

Plus d'articles :

Vers JMMR 2022

Construire l’avenir avec les migrants et les réfugiés. « La ville que nous avons ici-bas n’est pas définitive : nous recherchons la ville qui doit

Burkina: Prière pour la Paix

Dieu notre Père, ce qu’il y a de meilleur dans ta création, c’est l’homme. Tu l’as créé à ton image, afin qu’après le temps de

Envoyez-nous un message