Le Centre suivi nutritionnel à Sahalava

« L’expérience du Coronavirus»  

  

Nous l’avons fermé du 22 mars au 7 juillet 2020. Pendant ce temps de coupure, nous avons fait la distribution de koba aina cru (repas complet) chaque semaine.
Pour éviter le moindre contact, C’était la maman de chaque enfant qui le préparait à la maison. Ils le prenaient deux fois par jour. En cas de maladie, nous l’avons pris en charge
Nous avons rouvert le centre le 13 juillet. Nous nous sommes adaptées au fur et à mesure avec le coronavirus. A la rentrée, nous avons commencé à conscientiser et à donner la formation aux mamans concernant les bonnes mesures à prendre pour se protéger de cette pandémie.
En pesant chaque enfant, nous avons constaté que la majorité d’entre eux ont grandi en poids et en taille. Il y en a qui ont perdu beaucoup de poids. Nous sommes très heureuses de voir qu’ils sont moins malades depuis qu’ils reviennent au suivi nutritionnel. La pandémie a un impact social qui marque la vie des enfants. Ils étaient malheureux et ils se renfermaient sur eux-mêmes. Ils se sentaient en insécurité totale.
Les enfants viennent deux fois par jour pour manger le koba aina. Jusqu’ à maintenant, nous ne permettons pas encore le jeu. Peu à peu ils retrouvent leur sociabilité et l’appétit. Ils grandissent bien.

                                                                                               Thérèse VONJISOA, psa

Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print

Editorial

L’enfant engendre de la joie

Lorsqu’il vient au monde, l’enfant engendre de la joie, de l’amour dans la famille qui l’accueille. Il suscite un émerveillement concrétisé par les « félicitations » adressées

Plus d'articles :

This is the decisive decade

This is the most decisive decade in the history of humanity. As I write this it seems over dramatic even though `normality’ has been fractured

Envoyez-nous un message