Vers JMMR 2022

Construire l’avenir avec les migrants et les réfugiés.

« La ville que nous avons ici-bas n’est pas définitive : nous recherchons la ville qui doit venir » (He
13,14).

Version anglaise, portugaise et espagnole en bas de la page (pdf)


Chers frères et sœurs !
Le sens ultime de notre « voyage » en ce monde est la recherche de la vraie patrie, le Royaume
de Dieu inauguré par Jésus-Christ, qui trouvera sa pleine réalisation lors de son retour dans la
gloire. Son Royaume n’est pas encore complet, mais il est déjà présent chez ceux qui ont accueilli
le salut. « Le Royaume de Dieu est en nous. Bien qu’il soit encore eschatologique, qu’il soit
l’avenir du monde, de l’humanité, en même temps il est en nous ». [1]
La ville future est une « cité aux fondements solides, dont l’architecte et le bâtisseur est Dieu luimême » (He 11,10). Son projet implique un processus de construction intense dans lequel nous
devons tous nous sentir personnellement impliqués. Il s’agit d’un travail minutieux de conversion
personnelle et de transformation de la réalité pour correspondre de plus en plus au plan divin. Les
drames de l’histoire nous rappellent combien nous sommes loin d’atteindre notre but, la Nouvelle
Jérusalem, « la demeure de Dieu avec les hommes » (Ap 21,3). Mais nous ne devons pas perdre
courage pour autant. À la lumière de ce que nous avons appris par les tribulations de ces derniers
temps, nous sommes appelés à renouveler notre engagement à construire un avenir qui
corresponde davantage au projet de Dieu, un monde où tous peuvent vivre en paix et avec
dignité.
« Nous attendons avec impatience un nouveau ciel et une nouvelle terre, où résidera la justice »
(2P 3,13). La justice est l’un des éléments constitutifs du Royaume de Dieu. Dans la recherche
quotidienne de sa volonté, il faut la construire avec patience, sacrifice et détermination, afin que
tous ceux qui en ont faim et soif soient rassasiés (cf. Mt 5,6). La justice du Royaume doit être
comprise comme l’accomplissement de l’ordre divin, de son dessein harmonieux, où, dans le
Christ mort et ressuscité, toute la création redevient « une bonne chose » et l’humanité « une très
bonne chose » (cf. Gn 1,1-31). Mais pour que cette merveilleuse harmonie règne, il faut accueillir
le salut du Christ, son Évangile d’amour, afin que les inégalités et les discriminations du monde
actuel soient éliminées.
Personne ne doit être exclu. Son projet est essentiellement inclusif et place les habitants des
périphéries existentielles au centre. Parmi eux, on compte beaucoup de migrants et de réfugiés,
des personnes déplacées et des victimes de la traite. La construction du Royaume de Dieu se fait
avec eux, car sans eux, ce ne serait pas le Royaume que Dieu veut. L’inclusion des plus
vulnérables est une condition nécessaire pour y obtenir la pleine citoyenneté. Car le Seigneur dit :
« Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la
fondation du monde. Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif, et vous
m’avez donné à boire ; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli, j’étais nu, et vous m’avez
habillé ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi »
(Mt 25, 34-36).
Construire l’avenir avec les migrants et les réfugiés signifie également reconnaître et valoriser ce
que chacun d’entre eux peut apporter au processus de construction. J’aime voir cette approche du
phénomène de la migration dans la vision prophétique d’Isaïe, dans laquelle les étrangers
n’apparaissent pas comme des envahisseurs et des destructeurs, mais comme des ouvriers
volontaires qui reconstruisent les murs de la nouvelle Jérusalem, la Jérusalem ouverte à tous les
peuples (cf. Is 60,10-11).
Dans la même prophétie, l’arrivée d’étrangers est présentée comme une source
d’enrichissement : « Les trésors d’au-delà des mers afflueront vers toi, vers toi viendront les
richesses des nations » (60,5). En effet, l’histoire nous enseigne que la contribution des migrants
et des réfugiés a été fondamentale pour la croissance sociale et économique de nos sociétés. Et
c’est encore le cas aujourd’hui. Leur travail, leur capacité de sacrifice, leur jeunesse et leur
enthousiasme enrichissent les communautés qui les accueillent. Mais cette contribution pourrait
être bien plus importante si elle était valorisée et soutenue par des programmes ciblés. Il s’agit
d’un potentiel énorme, prêt à s’exprimer, si seulement on lui en donne la possibilité.
Les habitants de la nouvelle Jérusalem – prophétise encore Isaïe – garderont toujours les portes
de la ville grandes ouvertes, afin que les étrangers puissent entrer avec leurs dons : « On tiendra
toujours tes portes ouvertes, elles ne seront jamais fermées, ni de jour ni de nuit, afin qu’on fasse
entrer chez toi les richesses des nations » (60,11). La présence de migrants et de réfugiés
représente un grand défi, mais aussi une opportunité de croissance culturelle et spirituelle pour
tous. Grâce à eux, nous avons la possibilité de mieux connaître le monde et la beauté de sa
diversité. Nous pouvons mûrir en humanité et construire ensemble un plus grand « nous ». Dans
la disponibilité mutuelle, des espaces sont créés pour une comparaison fructueuse entre
différentes visions et traditions, qui ouvrent l’esprit à de nouvelles perspectives. Nous découvrons
aussi la richesse contenue dans des religions et des spiritualités qui nous sont inconnues, et cela
nous pousse à approfondir nos propres convictions.
Dans la Jérusalem des Gentils, le temple du Seigneur est embelli par les offrandes qui viennent
des pays étrangers : « Tous les troupeaux de Qédar s’assembleront chez toi, avec les béliers de
Nebayoth pour ton service : sur mon autel, ils seront présentés en sacrifice agréable ; et je
donnerai au temple l’éclat de ma splendeur » (60,7). Dans cette perspective, l’arrivée de migrants
et de réfugiés catholiques offre une nouvelle énergie à la vie ecclésiale des communautés qui les
accueillent. Ils sont souvent porteurs de dynamiques revitalisantes et animateurs de célébrations
vibrantes. Le partage de différentes expressions de foi et de dévotion représente une occasion
privilégiée de vivre plus pleinement la catholicité du peuple de Dieu.
Chers frères et sœurs, et surtout vous, les jeunes ! Si nous voulons coopérer avec notre Père
céleste pour construire l’avenir, faisons-le ensemble avec nos frères et sœurs migrants et
réfugiés. Construisons-le aujourd’hui ! Car l’avenir commence aujourd’hui, et il commence avec
chacun de nous. Nous ne pouvons pas laisser aux générations futures la responsabilité des
décisions qui doivent être prises maintenant pour que le projet de Dieu sur le monde puisse se
réaliser et que son Royaume de justice, de fraternité et de paix arrive.

Prière
Seigneur, fais de nous des porteurs d’espoir
afin que, là où sont les ténèbres, règne ta lumière,
et que, là où il y a résignation, renaisse la confiance dans l’avenir.
Seigneur, fais de nous des instruments de ta justice,
afin que, là où il y a exclusion, fleurisse la fraternité,
et que, là où il y a de la cupidité, prospère le partage.
Seigneur, fais de nous des bâtisseurs de ton Royaume
Ensemble avec les migrants et les réfugiés
et avec tous les habitants des périphéries.
Seigneur, fais-nous apprendre combien il est beau
de vivre tous comme des frères et sœurs. Amen.


Rome, Saint Jean de Latran, 9 mai 2022
FRANÇOIS

[1] S. Jean-Paul II, Discours lors de la visite à la paroisse romaine des Saints François d’Assise et
Catherine de Sienne, patrons d’Italie, 26 novembre 1989.


Partage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print

Editorial

Plus d'articles :

¿Dónde está tu hermano?

“El Señor dijo a Caín:   —¿Dónde está Abel, tu hermano?   Contestó:   —No sé, ¿soy yo, acaso, el guardián de mi hermano?” Génesis 4, Ante los

Mujeres en marcha

“Cualquier persona, cualquier mujer que emprendemos un proceso migratorio estamos empoderadas. Sino no sobreviviríamos a todas las violencias que nosencontramos. Pero no se habla de

Mohammed’s journey

The numbers are increasing at a consistent rate. Each year, more West Africans are returning home after attempting to make the treacherous journey to Europe in

Envoyez-nous un message