Cruz Roja

Et si nous parlions des bénévoles qui vont à la rencontre des migrants ?

Ils me font spontanément penser à la parole de Jésus à ses disciples : « Vous serez mes témoins » Jn 15, 27a.

Qu’y a-t-il au fond de ces hommes et de ces femmes qui se sentent poussés de l’intérieur comme par une force irrésistible, vers les migrants en péril sur la Méditerranée ou sur l’Atlantique !

Chaque année, des migrants meurent en tentant de gagner le Royaume-Uni. A Calais, les associations recherchent leur identité et contactent les familles. Sur le journal La Croix du 21 janvier 2021, je vois la photo de Mohamed Khamisse Zakaria, un jeune de 20 ans, mort percuté par une voiture alors qu’il tentait de passer la frontière à bord d’un camion à Calais.  Croix rouge, secours catholique, et autres associations avec trois amis de Zakaria ont organisé les funérailles. Ces migrants rêvent d’une vie digne, d’une vie d’humains en paix et non une vie de continuels pourchassés par les Etats alors qu’ils désirent entrer légalement dans tel ou tel autre pays espéré ! C’est avoir un cœur compatissant comme celui de Jésus que d’être attentif à la misère de nos frères.

Lorsque nous essayons de jeter un regard vers le sud, des volontaires pilotes survolent la Méditerranée pour repérer des embarcations en péril et pour signaler aux navires de sauvetage guidés par d’autres ONG comme SOS Méditerranée, Open Arms qui portent secours en mer? Ecoutez José Benavente, un professionnel de l’humanitaire vous livrer que c’est impossible de ne pas agir en faveur des personnes humaines en danger. Il est fondateur de l’Association Pilotes volontaires, dont les bénévoles survolent la Méditerranée pour porter secours aux migrants en détresse. (Le Pèlerin du 6 Mai 2021). Heureusement qu’il y a encore des personnes à la conscience droite, qui voient clair le devoir à accomplir envers le prochain et sont portés par l’amour pour agir au-delà des lois humaines qui pourraient freiner leur élan !

Comment avoir un tel courage et une telle audace pour aller vers les migrants et les secourir avec les moyens qui sont à ma disposition. L’union fait la force. La prière de ceux qui ne peuvent pas agir directement sur les lieux de secours accompagne aussi tous ces bénévoles comme celle de la patronne des missions, Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus. Dans la famille de l’Assomption, les énergies déployées vers les migrants, les réfugiés, les déplacés et même les victimes de la traite sont en train d’être rassemblées pour rêver d’une action ou plusieurs actions communes à travers le monde.

Plaise au ciel qu’il y ait toujours plus des gens qui goûtent la joie de donner de leur temps, de leur compétence, disons la joie de donner leur vie pour sauver la vie d’un frère, d’une sœur en humanité !

Mathilde Mbakaniaki oa

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email