zoltan-tasi-mqZnIMzr6Rs-unsplash

Notre Maison Commune


Cette expression nous est aujourd’hui bien familière suite à l’encyclique « Laudato si »
Pour le Pape François, la terre et toute la création constituent la maison commune, cette maison où tous nous habitons, ce lieu de vie pour toute créature. En lançant son appel à toute l’humanité, François remue notre conscience face au « défi urgent de sauvegarder notre maison commune » Laudato si, n. 13.

Si notre « mère-terre » est l’habitat de toute personne, force est de trouver ensemble un art spécifique, une manière d’être et d’habiter dans cette maison universelle dans un esprit de responsabilité, de justice et de solidarité universelle entre les générations d’aujourd’hui et de demain. Intégrer cette réalité de la terre comme notre maison à tous, nous provoque à plusieurs questionnements. Si dans notre propre maison, il y a une fuite d’eau par la toiture, ou une autre partie ; cet incident ne nous laisse pas tranquille. Car nous mesurons les risques si nous ne réparons pas à temps cette fuite. Comment susciter une conscience responsable pour que la sauvegarde de notre maison commune soit aussi considéré comme une priorité dans nos choix de vie ? Comment comprendre le déni de certains acteurs politiques face aux menaces de réchauffement climatique, qui se dessine et appelle une réponse urgente de toute personne avisée ?
Depuis bien longtemps, notre mère terre nous alerte sur les dégâts que nous lui causons par nos attitudes d’exploiteurs. Prendre conscience, de manière concrète, du lien entre tous les aspects de notre vie quotidienne et l’avenir dans notre maison commune, cela peut nous aider à adopter un nouveau style de vie, et entrer dans une démarche de « conversion écologique » pour que la vie soit toujours possible, demain ! « Nous avons besoin d’une conversion qui nous unisse tous, parce que le défi environnemental que nous vivons, et ses racines humaines, nous concernent et nous touchent tous. » Laudato si, n. 14
En plusieurs endroits, nous sommes témoins des nombreux dégâts du réchauffement climatique : fonte des glaciers , montée des océans et inondations, sécheresses et perte des zones agricoles, migrations, pollution des eaux etc… pour construire l’avenir de la planète, nous attendons certes des gouvernements et des responsables économico politiques des actions qui permettent de révéler ces défis majeurs pour l’humanité. Et nous ? Et moi à mon niveau ? Avoir écouté le cri de la terre qui fait entendre la clameur des pauvres, ne peut laisser indifférent. A nous de continuer nos engagements, dans l’amour et le soin de ce don précieux pour l’humanité, notre maison commune, comme nous le suggère le pape François :
« L’éducation à la responsabilité environnementale peut encou¬rager divers comportements qui ont une incidence directe et importante sur la préservation de l’en¬vironnement tels que : éviter l’usage de matière plastique et de papier, réduire la consommation d’eau, trier les déchets, cuisiner seulement ce que l’on pourra raisonnablement manger, traiter avec attention les autres êtres vivants, utiliser les trans¬ports publics ou partager le même véhicule entre plusieurs personnes, planter des arbres, éteindre les lumières inutiles. Tout cela fait partie d’une créa¬tivité généreuse et digne, qui révèle le meilleur de l’être humain. Le fait de réutiliser quelque chose au lieu de le jeter rapidement, parce qu’on est animé par de profondes motivations, peut être un acte d’amour exprimant notre dignité.» Pape François, Lett. enc. Laudato si (le 24 mai 2015,), n.
Sr Marie Madeleine KAHAMBU, O.A

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email